\

Ma_tenssache

Ask me anything

Coupe du Monde et Ramadan : Ce temps passe trop vite.

unromanarabe:

L’été se consume à la même vitesse que le premier pas d’Usain Bolt. Il me revient que les vacances estivales de mon enfance sentaient bon la langueur, cette ardeur dans la lenteur. Est-ce qu’en 2014 les temps nouveaux nous annoncent qu’il n’en est désormais plus rien ? Dés lors, il faut bien…

Le temps passe si vite

5 notes   /   reblog
Questionnement et réponse sur l'amourL’amour est un terrain maudit comme un Paradis empli de bienfaits. On peut voleter sur le nuage de nos extases comme se noyer dans la pluie de nos chagrins

unromanarabe:

image

L’amour, ça ne s’invente pas, ce n’est pas une formule mathématique, ce n’est pas une équation aux lettres complexes, s’enchaînant les unes après les autres comme une danse mécanique. L’amour, ça s’écrit mais ça se vit aussi, ça se décrit, ça s’envisage, ça s’effleure, ça meurt et ça renaît….

3 notes   /   reblog

Barbès on t’a volé ton âme!

Barbès a été pris au piège des questions identitaires parceque se qui faisait la mixité des cultures a disparu. Cela a disparu parce que nous avons des énarques et des sciences po qui ont tué le petit commerce du quartier et ont édifié des hlm à l’image des cités construites dans les années 60. Barbès est mort parce que nous avons des intellos qui habitent le quartier et se sont accaparés le Louxor et la mémoire de Serge Daney pour en faire un cinéma “de cahier de cinéma” où pendant deux heures un couple se parle sans s’embrasser. Le maire, pourtant Bizertin a décidé, le Louxor s’appelle Youcef Chahine (ce dernier n’a rien demandé) au lieu de s’appeller Farid El Attrache. Ce dernier faisait l’unité entre juifs et musulmans à Barbès. En 1968, lorsqu’il y a eu des tensions entre juifs et musulmans à Belleville, Si Soulimane, le producteur de musique à Barbès, à invité le tune Kahlaoui Tounsi, immense musicien et producteur de Belleville, à faire ensemble un pelerinage de Tunis jusqu’à Oran. Les énarques et les bobos de la ville de Paris, ne savent pas que Michel, qui tient le kiosque en face de la bouche de métro de Barbès, est une des dernières mémoires du quartier. Son grand père était venu d’El Jadida au Maroc en 1912, pour tirer une charette aux Halles. Il y a une année, Michel m’a montré discrètement une photo extraordinaire d’un pièce de théâtre qu’il garde toujours sur lui. On y voit le grand chanteur travesti marocain Bouchaïb El Bidaoui, assis entre deux hommes en train de s’enerver contre la modernité européenne. L’un est Rabbin et l’autre Imam. Enfin, il faut savoir que lorsqu’il était adolescent, Michel aimait rejoindre Bouchaïb El Bidaoui pour danser avec lui. Cela, les énarques et bobos du cahier-cinéma-louxor ne le savent pas. Car pour eux, si tu connais pas le film “Scène de la vie conjugale” de Bergmann et que tu n’as pas fait tes études à Paris 8, tu n’es pas digne d’intérêt.

source
https://www.facebook.com/nidam.abdi/posts/663492827078342

0 notes   /   reblog
Older →